Les Cartes CARDS
Actualités > VIE DES CLUBS

La conversion de flore sur les greens, l’exemple de Montpellier Fontcaude

4 août 2022 132

Sport de pleine nature par excellence, et paradoxalement longtemps pointé du doigt pour son côté peu écologique (utilisation d’engrais chimiques, produits phytosanitaires…), le golf entre dans une nouvelle ère… Les parcours abritent un écosystème important que les clubs ont la volonté de protéger et de développer. Cela passe par une amélioration de la gestion et de l’entretien des parcours en conciliant des exigences de plus en plus écologiques pour le bien-être de tous ! Coup d’œil sur ce qui est mis en place sur le parcours du Golf de Montpellier Fontcaude, “La conversion de flore sur les greens”, un exemple parmi de nombreux autres, au sein des Golfs du Réseau Golfy, engagés dans la transition écologique .


David ARMENGAUD
David ARMENGAUD

Par David ARMENGAUD Greenkeeper du Golf de Montpellier-Fontcaude


Une conversion de flore se réalise sur plusieurs années. C’est un travail stratégique pour apporter des améliorations sur les parcours de demain.

Voici un exemple de ce qui est pratiqué sur le Golf de Montpellier-Fontcaude sur les greens.

Ces derniers sont essentiellement en Paturin annuel, une graminée qui a des racines superficielles, gourmandes en eau, propices aux maladies et qui nécessitent traitement et fertilisant.

L’objectif est de coloniser les greens avec de l’agrostis, plus résistante, avec des racines en profondeur et qui a moins besoin d’eau. De plus, l’agrostide nécessite moins de fertilisants.



En 2021, David a dû regarnir les greens à hauteur de 150 kg suite à une grosse attaque de Dollar Spot fin septembre, comme sur la plupart des golfs du Languedoc. Le Dollar Spot est un champignon qui endommage le gazon, surtout quand ce dernier est tondu court, ce qui est la particularité des greens. Il se signale par l’apparition de tâches jaunes.

David profite alors des attaques de Dollar Spot en Avril-mai qui détruit le paturin annuel.

Au lieu d’effectuer un traitement phytosanitaire, il laisse ce dernier agir, jusqu’à une certaine limite, ce qui laisse de la place pour faire un regarnissage avec de l’agrostis. En cette période de l’année, il est bien plus facile de rattraper les greens qu’en automne. La pousse est bien plus importante.

En 2022, les greens sont alors regarnis 5 fois (4g/m2) ce qui représente 250 kg d’agrostis.

Avant chaque opération de regarnissage, une opération mécanique est réalisée :

Un verticutt, (cela consiste à découper le sol avec une machine, verticalement, sur une profondeur de 1 à 2 cm, afin d’aérer le sol en surface et d’enlever le feutre ou les déchets de tonte), ou une aération (en louchet plein de diamètre 9).

Certes, cela n’est pas très beau visuellement mais tout à fait acceptable pour le jeu.

Deux opérations s’en suivent derrière le regarnissage : Le Top dressing pour boucher les trous laissés par le paturin détruit par le dollar spot, et un travail de roule pour le maintien de la ligne de jeu (opération servant à répandre de manière uniforme, une couche d’un mélange composé majoritairement de sable et complété de substance organique que l’on égalise à l’aide d’un filet ou d’une grille pour obtenir une meilleure planimétrie sur des surfaces fatiguées).

La première tonte n’intervient pas avant 3-4 jours, période durant laquelle les greens sont roulés.

5 jours après le semis, un traitement est effectué avec un apport d’oligo d’acide aminé manganèse et un peu d’azote.

Rapidement, le gazon occupe la place et les travaux mécaniques favorisent la « cicatrisation »

Bien sûr, des tâches seront visibles sur le green, mais c’est une des manières d’éliminer le paturin sans traitement.

De plus, un stress hydraulique oblige les racines à descendre plus en profondeur, ce qui renforcera la plante et lui demandera moins d’eau.


Green attaqué par le Dollar Spot
Green attaqué par le Dollar Spot
Sablage
Sablage
Verticuttage
Verticuttage


A fin mai, David n’a réalisé qu’un seul traitement sur ses greens (dollar spot), le dernier traitement réalisé sur les greens date du mois d’octobre 2021 soit un peu plus de 7 mois sans traitement.

L’ objectif pour la suite étant de ne pas dépasser 4 traitements (en 2021 il y a eu 8 traitements).

Aucun traitement n’a été réalisé avant le grand prix de Fontcaude. De l’avis de David, les greens n’étaient pas très beaux visuellement mais le fait de les nourrir peu, de croiser les tontes et de les rouler, a permis d’obtenir des greens rapides et qui tenaient la ligne. Tous les joueurs ont complimenté la qualité des greens sur la roule et leur vitesse, même si ces derniers n’étaient pas très esthétiques.

Mais ce n’était pas la priorité. Le jeu l’emporte sur le visuel.

Et ce n’est pas parce qu’un green est « taché » et moins vert qu’il n’est pas entretenu et travaillé. Vous en avez la preuve ci-dessus.

Pour information, la hauteur des greens était à 3.8 mm, la roule mesurée par les arbitres était à 3.50 m.

Ce qui confirme bien que ce n’est pas en coupant un green court qu’il roule mieux, mais ne pas relever ses pitchs, c’est aussi tuer à petit feu ce magnifique espace de jeux.

Prenons en soin en tant que golfeur, comme vos greenkeepers et vos jardiniers le font chaque jour pour notre plus grand plaisir.

Recevez la newsletter

Ne manquez plus les bons plans du Réseau Golfy